Inextricablement liées à la forêt de Fontainebleau par leur domiciliation et leur logo, les Editions du Sabot Rouge sont également ancrées dans ce massif forestier par leur nom même qui est emprunté à un roman de l’écrivain Henry Murger (1822-1861) : le Sabot Rouge.

Ce livre, édité par Michel Lévy en 1860 et dédié par l’auteur à son ami Alexandre Dumas fils, est un des derniers romans de Murger.

Le Sabot Rouge désignait alors le cabaret des époux Pampeau (Antony) dans le hameau de Saint-Clair (Marlotte), au milieu de la forêt de Fontainebleau.

Murger évoquait sous le titre « le Sabot Rouge » (une histoire de carriers et de braconniers) l’auberge immortalisée par Auguste Renoir (voir ci-dessous, Le Cabaret de la mère Antony, 1866, Musée de Stockholm) avant qu’elle n’accueille peintres et artistes. 

 

Henry Murger, auteur des Scènes de la vie de Bohème (1849) qui ont donné lieu à l’opéra de Puccini, était un des animateurs des cercles littéraires et étudiants dans les années 1850. Intime de Nadar, Gauthier, Alexandre Dumas (fils) et Champfleury, il fit à Paris la promotion de Marlotte où il attira de nombreux peintres, écrivains et musiciens. Il fut consacré chantre de la jeunesse et de la bohème. Véritable “star” avant la lettre, son cortège funéraire fut suivi par des milliers d’étudiants et d’artistes. Un buste a été édifié en son honneur dans le jardin du Luxembourg. La forêt de Fontainebleau rend hommage à Murger avec un chêne à la Mare aux fées et  une « pyramide » au Long Rocher qui  rappellent sa passion pour ce massif forestier.

       

Ce site utilise des cookies provenant de Google pour fournir ses services et analyser le trafic. Votre adresse IP et votre user-agent, ainsi que des statistiques relatives aux performances et à la sécurité, sont transmis à Google afin d'assurer un service de qualité, de générer des statistiques d'utilisation, et de détecter et de résoudre les problèmes d'abus.

ok en savoir plus